Actualités

Actu Adhérent du

ARMOR lance un film photovoltaïque écolo en 2016.

Il est souple, léger et n’utilise pas de métaux rares… Après quatre ans de recherche, l’entreprise de La Chevrolière, près de Nantes, ajuste les derniers paramètres pour une industrialisation prochaine. Entretien avec Hubert de Boisredon, président-directeur général d’Armor.

Où en est Oscar (Organic Solar Celles by Armor), ce projet de panneau photovoltaïque de 3 génération ?

Le prototype fonctionne. La machine industrielle est installée et prête à tourner. Mais il y a encore une marche à franchir pour passer du produit de labo qui marche au développement industriel. La mise en route suppose quelques ajustements pour optimiser les rendements, la durée de vie, les coûts et s’assurer d’une qualité de production stable. Nous serons en mesure de sortir un produit fiable d’ici un an et demi. Nous sommes dans les délais prévus par la feuille de route définie lors du lancement de ce programme en 2010. C’est d’autant plus remarquable avec une technologie innovante.

Une technologie de rupture dites-vous parfois. C’est-à-dire ?

Notre film inspiré de notre savoir-faire, est léger. Il pèse autour de 300400 grammes au m2 contre huit kilos pour un panneau rigide. Il peut être courbé à souhait et surtout, il n’utilise pas de métaux rares, mais des polymères organiques. C’est une stratégie de développement durable conforme à la philosophie de notre entreprise. Notre groupe est engagé dans un processus de Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE). Le recours aux métaux rares ne va pas être éternel. Les ressources d’indium seront par exemple épuisées en 2030.

Quels usages lui réservez-vous ?

Dans un premier temps nous visons des usages de niche à forte valeur ajoutée. Tout ce qui est à même d’éviter les dépenses de câblage : les aubettes d’Abribus, les luminaires, le matériel de sport de montagne, le rechargement des téléphones portables, etc. Il y a beaucoup de niches et beaucoup d’usages à forte valeur ajoutée. Un usage à grande échelle, supposant des prix plus bas, n’est envisageable qu’à plus long terme.

La fabrication à La Chevrolière va créer de l’emploi ?

Pas moins de 20 millions d’euros ont été engagés dans ce projet développé avec le soutien d’Oseo et la BPI désormais. Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est partenaire via l’Institut national de l’énergie solaire (Ines). Oscar mobilise déjà une trentaine de personnes, ingénieurs et techniciens. La mise en production est susceptible de créer 50 à 100 emplois dans les dix ans.

Armor.
Spécialiste mondial de la chimie des encres et des technologies d’impression. 1 800 salariés dans le monde dont 650 à Nantes et La Chevrolière, en Loire-Atlantique. Filiales aux USA, Brésil, Chine, Singapour, Japon plus trois nouvelles en Afrique du Sud, Mexique et Inde.

Article écrit par Thierry BALLU, issu de Ouest-France, l’édition de Cholet du jeudi 8 janvier 2015, pour y accéder cliquez-ici.


Publié le : 8 janvier 2015