ORACE TV » Marché de Capacité et Effacement

Mardi 8 fevrier 2017, 60 participants environ ont suivi notre webconférence dédiée  à une actualité réglementaire : la mise en place début 2017 du mécanisme de marché de capacité, et à un sujet qui y est étroitement lié : l’effacement de consommation. Bénédicte PLEAU, Dirigeante d’ENERDIGIT et Stéphane SORIN, Dirigeant de COLLECTIF ENERGIE, ont tous les deux accepté de partager leur expertise sur ce sujet.

Que peut-on retenir de cette web-conférence ?

Sur les 10 dernières années, la pointe électrique a augmenté 2,5 fois plus vite que l’énergie consommée, multipliant les périodes où l’approvisionnement des usagers est menacé.
C’est pour infléchir ce phénomène que le marché de capacité a été mis en place. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2017. Il vise à sécuriser l’approvisionnement en électricité au niveau national, en incitant les consommateurs à diminuer leurs consommations pendant les heures de pointe.

Première conséquence directe pour les entreprises: une augmentation du coût de leur facture d’électricité. Le surcoût est calculé sur le base de leurs consommations pendant les heures de pointe, consommations réelles tirées des courbes de charge pour les entreprises en télérelève (traduction simplifiée: les anciens tarifs verts), ou consommations estimées pour les entreprises profilées (anciens tarifs jaunes).

Deuxième conséquence: les entreprises étant en capacité « d’effacer » une partie de leur puissance pendant les heures de pointe peuvent se faire rémunérer pour ce service rendu au réseau électrique. L’entreprise s’engage à une activation de l’effacement après un délai de prévenance variable selon les cas. La valorisation de l’effacement se présente sous deux formes : la capacité (€/MW) avec une valeur assurantielle et l’énergie (€/MWh) suivant 3 mécanismes assurant une flexibilité au consommateur (NEBEF, Mécanisme d’Ajustement et Participation au service Système). Même si historiquement les industries très consommatrices telles que les cimenteries ou le secteur de la chimie sont prédisposées à l’effacement, aujourd’hui tout type d’entreprise ayant une puissance souscrite supérieure à 250 kVA peut être candidate à l’effacement de consommation.

Un grand merci à Bénédicte PLEAU, d’ENERDIGIT et à Stéphane SORIN pour leur intervention riche en enseignement.